Maman

Publié le par Didascalie

Il y a longtemps,

Tu étais un réconfort contre les monstres de la nuit, une place contre ton épaule et une protectrice façon super-héros.

Tu étais la Petite Sirène et Blanche-Neige

- je n'ai d'ailleurs pas réussi, malgré tous tes efforts, à me souvenir du nom des sept nains.

 

Tu as été le sourire, la fierté et les applaudissements à ma kermès de maternelle, où je présentais fièrement mon bateau peint, à ma chorale, à mon spectacle de danse, à la pièce de théatre de ton fils, aux tournois d'escrime de ton mari.

 

Toutes ces années, tu as été l'organisation, la prestance et l'originalité.

Tu as été la gym du midi et les mots croisés force 7.

Tu étais les puzzles longs et laborieux qui restaient des mois sur la table du salon.

Tu étais les talons qui claquent dans la rue,

Mais aussi le parfum Lolita Lempicka et les chocolats mendiants de l'Intendance.

Tu étais le manteau de fourrure avec un foulard Hermès.

Tu étais des chapeaux, des bijoux et des sacs à mains aux couleurs de tes tailleurs.

 

Tu étais aussi un rire fort et une conversation téléphonique interminable.

Malheureusement les courgettes et les champignons, heureusement le koulibiac et le risotto,

Car tu étais avant tout le bon goût, l'épicurisme et les grands diners à thème.

 

Maman,

Tu es l'Histoire avec un grand H, 

Tu es le jazz et les documentaires animaliers d'Arte.

Tu es l'Espagne du Nord au Sud mais aussi Ibiza et le champagne.

Tu es le feu, tu es la passion, tu es l'impatience.

Mais tu es aussi l'humour, tu es la beauté, tu es le savoir-vivre.

 

Tu es les cigares de La Havane, les collants originaux et les gros verres à ballon.

Mais tu es aussi la réussite de ta famille :

la sociabilité, la débrouillardise et le charme de ton fils ;

la douceur, la persévérance et l'âme aventurière de ton mari ;

la curiosité, le courage et la force de ta fille.

 

Ma chère Maman,

Tu es la fougue, l'ambition et l'intelligence.

 

Paris se souvient de deux gamines déambulant dans ses rues,

le nez au vent, main dans la main, insouciantes de liberté et de bonheur,

épanouies et souriantes, pleines de vie et de dynamisme.

 

Tu resteras à tout jamais dans notre coeur

comme une mère magique,

une femme vraie,

une amie honnête,

une connaissance précieuse,

une Colette imprévisible.

 

Je t'aime, ma petite Maman,

Je t'aime.

Je te dis au revoir.

Je te dis à bientôt.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Les AMIS des POETES 14/06/2011 21:43



Reçois mes pensées remplies de compassion afin qu'elles t'accompagnent sur ce passage difficile du chemin de ta vie.


Cet hommage à ta mère est le fruit de ta perception tout autant poétique que mature car on ne peut vivre une telle épreuve sans grandir.


Je partage ta foi car je crois ausi en une vie infinie.


Je t'embrasse affectueusement


Ta marraine choisie,


Françoise