La Fête au Bouc, Mario Vargas Llosa

Publié le par Marie-Anne Cloarec

                                La Fête au Bouc

 

République Dominicaine.

L'auteur, maîtrisant parfaitement son sujet, nous emmène sur cette île à l'époque de la dictature trujilliste. Au fil des pages, trois récits s'entremêlent sur fond de culture latino-américaine. D'abord une avocate new-yorkaise, échappée depuis plus de trente ans de l'île et revenue aujourd'hui voir son père infirme et âgé pour les dernières explications. Ensuite une bande de Dominicains, lassée des écarts de plus en plus nombreux d'un régime injuste autant qu'autoritaire, et prête à tout pour mettre fin au "règne" de Trujillo. Enfin, le lecteur suit le quotidien du dictateur vers la fin de sa vie.

 

 

Ce roman est un véritable témoignage. Vargas Llosa réussit ici un chef d'oeuvre, qui parvient à nous décrire précisément une société incroyable conjuguant une famille de dirigeants, à la limite de la folie et se défiant de tous, avec une population aux abois, tyrannisée. Entre ces deux camps, les militaires, dociles, tentent par tous les moyens de s'attirer les faveurs d'un membre de la famille dirigeante, et ce au détriment du peuple dominicain.

 

 

Assez lente et précise, l'écriture nous invite progressivement dans une ambiance de plus en plus effrayante, où les scènes de tortures ou d'humiliation nous mettent toujours plus mal à l'aise, avant de terminer en apothéose sur les raisons de la colère de l'avocate envers son père. Un livre d'une force rare, qui demande un temps assez long pour être digéré afin d'être mieux compris. La cruauté des actes se veut descriptive mais choque néanmoins l'esprit du Français, attaché au respect des Droits de l'Homme et à la justice, valeurs qui, vraisemblablement, n'avaient pas leur place à cette époque en République Dominicaine.

Publié dans Social

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article